L’Art n’a jamais manqué de célébrer le baiser

Il est au cœur de l’intimité, de la passion, de l’amour et de l’union de deux êtres. Il a une dimension universelle, parfois engagée et militante.
Que devient le baiser aujourd’hui en temps de virus, d’éloignement, de distanciation

Et plus globalement que deviennent l’étreinte, les retrouvailles, la fougue, les rapprochements physiques sensuels, et même le lien d’amitié, sans contact.

Et, si l’on est triste, peut -on être réparé de nos larmes, de nos séparations, d’un abandon déchirant, d’une absence trop éprouvante, sans un baiser ?

Scène de la vie quotidienne, anniversaire, jour de fête, jour de joie, la bouche, le nez, les fronts, les cheveux, les cous, les seins… le baiser s’offre par la totalité des corps des deux protagonistes.

Ne plus vouloir se quitter. Et se le dire dans un moment intense, intime. Sur fond d’érotisme, le baiser réunit, avant le corps-à-corps. Personne n’oserait déranger un long baiser, on n’ose à peine s’approcher.. le rayonnement amoureux est puissant.

Ce beau et intense bouche à bouche est parfois caché, à huit-clos ou au contraire, prend la forme d’une explosion poignante, celle d’un désir déclaré, d’une énergie fondamentale.

Il est beauté et mystère.
Nous sommes aujourd’hui si proches et pourtant si éloignés. C’est inhumain…
Ainsi, le baiser serait parfois un acte de protestation.  
Comment rester de marbre ?
D’antonio Canova à Rodin, d’ Henri de Toulouse-Lautrec à Brancusi, de Klimt à Magritte, à Chagall, de Lichtenstein à Banksy, l’art est un baiser.
Celui-ci est un baiser avant la chute…
La chute VERTIGINEUSE en amour.

DOSSSIER DE PRESSE

baiser 2020 dossier presse201117 – DOSSIER DE PRESSE – LE BAISER (1)